top of page
Golden Ratio_1.png

Question : En quoi l'élaboration d'une stratégie d'apprentissage commune aux différent encadrant d'un apprenant, et centré autour des pôles de l'autorégulation et du contrôle des émotions peut permettre d'amélioré les performances scolaires, ou de favoriser la validation des compétences rechercher.

Objectif: Dans un cas pratique, comment la construction d'une stratégie d'apprentissage commune, c'est à dire Elèves, professeur, parents et pédagogue peux permettre à l'élève de prendre consciences des stratégies d'autorégulations possibles, de mieux connaitre et maîtriser ses émotions et ainsi devenir un apprenant autonomes.

Hypothèses 1 : La collaboration entre les différents encadrant d'un enfant permet de mieux orienté, agir ou contrôler les motivations extrasèques

Hypothèses 2 : La collaboration entre les différents encadrant d'un enfant permet de mieux comprendre les motivations intrasèques de l'enfant

Hypothèses 3 : en orientant (agissant, contrôlant) mieux les motivations extrasèques et en comprenant mieux les motivations intrasèques de l'enfant, des stratégies d'apprentissages efficiente peuvent emmergé.

Hypothèses 4 : Une stratégie d'apprentissage efficiente, ne l'ai que par un travail d'autorégulation de l'élève.

Hypothèses 5 : L'autorégulation de son apprentissage s'apprend par la prise de consciences des motivations (extra et intrasèques).

Hypothèses 6 : L'autorégulation de son apprentissage s'apprend par la prise de consciences de ces émotions

Hypothèses 7 : L'autorégulation de son apprentissage s'apprend par la prise de consciences de ces émotions

Introduction

La réussite scolaire dépend de stratégies dont nous avons rarement conscience. Une recette unique n'existe pas. Chaque enfant développe des besoins qui lui sont propre. Sa nature singulière et son expérience de vie unique sont le pétri sur lequel il construit son parcours.

Si Bourdieu nous à démontré le pouvoir reproducteur du système éducatif, d'autre auteur nous ont fait prendre conscience des stratégies qui pouvait se mettre en place pour se libérer de cette "fatalité".

Ce chemin demande une connaissance de soi, une estime de soi, nécessaire pour élaborer des stratégies de régulation de sa motivation, de sa volition, du contrôle de ses émotions.

Mes motivations prennent racine dans un parcours scolaire difficile malgré une curiosité insatiable de bonne capacité intellectuelle. Alors à 40 ans, il me fallait répondre à cette question. Qu'est-ce que l'école, qu'est ce que la réussite scolaire. Est ce une réussite d'adaptation à un système de masse ou bien une réussite de son propre développement personnel.

Les réponses ne sont jamais que des équilibres entre deux pôles.

 

L'accompagnement d'un enfant dans ce parcours de "combattant" demande l'accompagnement d'un coach, d'un mentor, d'un repère ou tous simplement comme cela à exister, d'un pédagogue.

L'institution scolaire, aujourd'hui du mieux qu'elle le peux essai de répondre au demande diverse d'un public consommateur, un public qui achète un service, enfin du moins pour le public conscient de se pouvoir.

Dans un cadre ou les établissement sont mis en compétition, des tensions se créent. Mais qui sont les perdants ? S'occupe-t-on donc des enfants pris dans se tiraillement ? Entre une institution qui souhaite défendre et inculqué des valeur républicaine, ou un service à la personne promettant de rendre votre enfant éfficient sur le marché du travail.

Dans ces discussion, l'intérêt de l'enfant est noyé dans les interêt que projete pour lui l'état et la famille. Seulement trainé comme un objet sans cesse sollicité par des modèle sociétaux qui prônent le star system, ou la réussite financière comme des modèles de réussite, l'effort, la maîtrise et la discipline ne paraissent plus aux yeux de tous. Pire encore, le respect de soi, de sa pensée, de ses émotions semblent broyé par une image que nous devons rendre en adéquation avec une société individualiste et compétitive.

 

est une machine bien huilé présentant ces avantages et ces inconvénients dont celui d'être impersonnel, dans une société qui prône l'individualisme, la singularité, le star système, il faut accompagner cette ingularité dans la connaissance de soi et dans l'élaboration de stratégie d'apprentissage et de continuité dans l'effortlui permettant de trouver un équilibre entre sa vie d'enfant de découverte et sa vie de petit citoyen, soumis à des obligations d'engagement de résultats. L'accompagner dans la construction d'une vie voulue, apprendre à accepter les efforts et les compromis, apprendre la patience et l'effort présent dans un but qui n'est qu'une représentation de son idéal.

Contexte

Cette etude se situe dans le cadre de l'accompagnement scolaire d'élèves en difficultés de la fins de la primaire à la fin du secondaire. Les cadre théorique s'incrit dans la psychologie cognitive et socio-cognitive s'articulant dans les paradigmes de  l'apprentissage autorégulé, de l'impact des émotions dans les stratégies d'apprentissages et des méthodes et stratégies d'apprentissages efficientes. Nous voulons également aller plus loin et démontré que ces stratégies ne peuvent prendre racine sans un bonne connaissance de soi, et un recul sur ses besoins propres et ses obligations.

Problématique

Objectif: Dans un cas pratique, comment la construction d'une stratégie d'apprentissage commune, c'est à dire elèves, professeur, parents et pédagogue peux permettre à l'élève de prendre consciences des stratégies d'autorégulations possibles, de mieux connaitre et maîtriser ses émotions et ainsi devenir un apprenant autonomes.

Enjeux

Résultats Attendus

Les Emotions :

L’émotion est une réponse physiologique de l’organisme assurée par deux systèmes régulateurs :

  • -  le système nerveux autonome (ou système neurovégétatif)

  • -  le système endocrinien

    Les « chefs d’orchestre » de ces systèmes se situent dans le cerveau limbique (en jaune), avec l’amygdale et le thalamus notamment. Ils coopèrent dans le but de maintenir la stabilité du micro environnement de l’organisme.

L'intelligence Emotionnelle

Les 3 composantes de l’intelligence émotionnelle sont: La prise de conscience des émotions

Connaître les différentes émotions
Les exprimer en mobilisant le vocabulaire adapté Ressentir et identifier l’émotion chez moi
Discerner ce qui la provoque (images, pensées, situations)

La régulation des émotions
Apprendre à canaliser ses pulsions, adapter ses réactions émotionnelles à chaque situation

La perception des émotions des autres
Développer l’empathie par la faculté d’écoute, pour identifier et mieux comprendre les émotions d'autrui, donc mieux communiquer, coopérer

Citations :

Les travaux de la neuropsychologie cognitive, en particulier ceux de Damasio, éclairent le rôle indispensable des émotions dans la cognition, notamment dans les procédures du raisonnement et de prise de décision.

L’étude d’un patient qui a subi l’ablation d’une partie du lobe frontal a permis à Damasio de comprendre en quoi les émotions aident à penser. Si ce patient présentait des facultés intellectuelles normales, l’ablation d’une partie de ce lobe lui a fait perdre ses facultés émotionnelles, il avait beaucoup de difficulté à élaborer des choix, à prendre des décisions appropriées aux situations qu’il rencontrait.

Ses travaux s’inscrivent dans une approche holistique de la personne, à la fois cognition mais aussi indissociablement émotions et dimension biologique. Damasio met en évidence également la double dimension de l’émotion, à la fois biologique et cognitive. (Damasio,1995)

bottom of page